Utiliser la fiscalité pour mieux vivre!

Bonus : truc #5 de Warren Buffett pour vos investissements!

Quelques ajustements permettent de maintenir notre qualité de vie après une baisse de revenus, notamment lors de la fameuse «retraite» tant désirée. Je n’aime pas le mot «retraite» puisqu’on peut être actif et créatif sans travailler. Je préfère l’expression «atteindre l’indépendance financière (IF)». Ce billet et les prochains seront consacrés aux stratégies pour vivre aussi bien avec moins de revenus après quelques ajustements dans nos choix de vie : relocalisation, automobile et transport, loisirs, voyages, alimentation, forfaits pour divers services, frais inutiles, gaspillage, etc. Les «retraités» actifs trouveront également des trucs pour mieux vivre sans accroître leurs revenus. Nous débutons avec un sujet aride : la fiscalité, c’est-à-dire les nombreuses taxes et l’impôt pour nos nombreux services et frais de gouvernance…

Lorsque je donne quatre coups de pédale, il y en a trois pour le fisc Bernard Hinault

Ce billet démontre simplement comment la fiscalité permet d’atteindre l’IF plus rapidement. Pas besoin de virer des fonds au Panama pour gérer nos placements en fonction de la fiscalité… Le Canada est très bien pour cela! En toute légalité, en plus. C’est un des arguments de l’industrie de l’épargne, minimiser la ponction fiscale, mais cet aspect est ensuite «oublié» afin de valoriser les arguments en faveur de l’accumulation de sommes astronomiques pour nos vieux jours… Ceci est plus profitable pour tous, surtout les institutions qui fournissent les conseils «gratuits» malgré les frais réglementaires et autres… Ne vous y trompez pas, il faut payer pour ces conseils et pour la gestion de nos placements. Les secteurs financiers et immobiliers fournissent de nombreux «experts» qui profitent financièrement des «bonnes décisions»… En outre, les membres de la famille ne sont pas toujours de bons conseillers, surtout si c’est pour l’achat d’une maison ou d’une voiture puisqu’ils en seront les principaux bénéficiaires…  La culture positiviste («C’est beau», «Wow!», «tu le mérites», etc.) n’aide pas, en plus!

En plus de nécessiter moins d’actifs accumulés procurant diverses sources de revenus – voir mon billet antérieur -, réduire nos besoins financiers, exprimés en dépenses annuelles, permet d’atténuer la ponction fiscale. Comment?  Grâce à la progressivité des taux d’impôt. Un revenu de 60 000$, au Québec en 2016, sera imposé au taux moyen de 24,58%, pour un revenu après impôts de 45 251$, alors qu’un revenu de 40 000$ ne sera imposé qu’au taux moyen de 19,16%. Il restera donc 32 336$ si votre revenu est de 40 000$. La ponction fiscale double presque lorsque votre revenu passe de 40 000$ à 60 000$, 7 664$ à 14 749$… L’impact sur le taux marginal d’impôt sur les dividendes est encore plus important pour ces revenus! Je vous libère des détails que vous pouvez consulter au lien suivant :

http://www.ey.com/CA/fr/Services/Tax/Calculatrice-impot-personnel-2016

Cet exemple simple permet de mieux comprendre un autre bénéfice de la réduction de nos dépenses : réduire le fardeau fiscal des revenus épargnés sans sortir nos placements du Canada!

Truc #5 de Warren Buffett

Il faut lire les publications financières spécialisées et bien réfléchir aux investissements possibles. Lire permet de réviser périodiquement l’information relative à nos placements. Vérifiez vous-même les principaux ratios financiers dans les rapports annuels. Analysez le contexte et les perspectives de chacun de vos investissements. La retraite ou IF permet justement d’avoir le temps pour ces lectures et réflexions. Vous manquez de temps? Regardez moins la télé, lisez moins sur les potinages et les chicanes politiques, ou questionnez votre conseiller financier sur tous ces sujets! Votre IF mérite que vous y consacriez du temps.

Nous avons déjà cinq trucs pour nos investissements :

  1. Investir dans des entreprises peu endettées.
  2. Avoir une bonne répartition des actifs à long terme.
  3. Faire son profit à l’achat en payant sous la valeur réelle inconnue (valeur intrinsèque).
  4. Appliquer notre liste de critères automatiquement et simplement. Investir comme Roger Federer joue aux tennis. C’est la recette pour un « flow » de dividendes !
  5. Lire et réfléchir sur nos placements. Former notre propre opinion avec des arguments solides.

Gilles du Bacon

Partagez et planifiez votre IF !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *