Archives pour la catégorie Épargne

Utiliser la fiscalité pour mieux vivre!

Bonus : truc #5 de Warren Buffett pour vos investissements!

Quelques ajustements permettent de maintenir notre qualité de vie après une baisse de revenus, notamment lors de la fameuse «retraite» tant désirée. Je n’aime pas le mot «retraite» puisqu’on peut être actif et créatif sans travailler. Je préfère l’expression «atteindre l’indépendance financière (IF)». Ce billet et les prochains seront consacrés aux stratégies pour vivre aussi bien avec moins de revenus après quelques ajustements dans nos choix de vie : relocalisation, automobile et transport, loisirs, voyages, alimentation, forfaits pour divers services, frais inutiles, gaspillage, etc. Les «retraités» actifs trouveront également des trucs pour mieux vivre sans accroître leurs revenus. Nous débutons avec un sujet aride : la fiscalité, c’est-à-dire les nombreuses taxes et l’impôt pour nos nombreux services et frais de gouvernance…

Lorsque je donne quatre coups de pédale, il y en a trois pour le fisc Bernard Hinault

Ce billet démontre simplement comment la fiscalité permet d’atteindre l’IF plus rapidement. Pas besoin de virer des fonds au Panama pour gérer nos placements en fonction de la fiscalité… Le Canada est très bien pour cela! En toute légalité, en plus. C’est un des arguments de l’industrie de l’épargne, minimiser la ponction fiscale, mais cet aspect est ensuite «oublié» afin de valoriser les arguments en faveur de l’accumulation de sommes astronomiques pour nos vieux jours… Ceci est plus profitable pour tous, surtout les institutions qui fournissent les conseils «gratuits» malgré les frais réglementaires et autres… Ne vous y trompez pas, il faut payer pour ces conseils et pour la gestion de nos placements. Les secteurs financiers et immobiliers fournissent de nombreux «experts» qui profitent financièrement des «bonnes décisions»… En outre, les membres de la famille ne sont pas toujours de bons conseillers, surtout si c’est pour l’achat d’une maison ou d’une voiture puisqu’ils en seront les principaux bénéficiaires…  La culture positiviste («C’est beau», «Wow!», «tu le mérites», etc.) n’aide pas, en plus!

En plus de nécessiter moins d’actifs accumulés procurant diverses sources de revenus – voir mon billet antérieur -, réduire nos besoins financiers, exprimés en dépenses annuelles, permet d’atténuer la ponction fiscale. Comment?  Grâce à la progressivité des taux d’impôt. Un revenu de 60 000$, au Québec en 2016, sera imposé au taux moyen de 24,58%, pour un revenu après impôts de 45 251$, alors qu’un revenu de 40 000$ ne sera imposé qu’au taux moyen de 19,16%. Il restera donc 32 336$ si votre revenu est de 40 000$. La ponction fiscale double presque lorsque votre revenu passe de 40 000$ à 60 000$, 7 664$ à 14 749$… L’impact sur le taux marginal d’impôt sur les dividendes est encore plus important pour ces revenus! Je vous libère des détails que vous pouvez consulter au lien suivant :

http://www.ey.com/CA/fr/Services/Tax/Calculatrice-impot-personnel-2016

Cet exemple simple permet de mieux comprendre un autre bénéfice de la réduction de nos dépenses : réduire le fardeau fiscal des revenus épargnés sans sortir nos placements du Canada!

Truc #5 de Warren Buffett

Il faut lire les publications financières spécialisées et bien réfléchir aux investissements possibles. Lire permet de réviser périodiquement l’information relative à nos placements. Vérifiez vous-même les principaux ratios financiers dans les rapports annuels. Analysez le contexte et les perspectives de chacun de vos investissements. La retraite ou IF permet justement d’avoir le temps pour ces lectures et réflexions. Vous manquez de temps? Regardez moins la télé, lisez moins sur les potinages et les chicanes politiques, ou questionnez votre conseiller financier sur tous ces sujets! Votre IF mérite que vous y consacriez du temps.

Nous avons déjà cinq trucs pour nos investissements :

  1. Investir dans des entreprises peu endettées.
  2. Avoir une bonne répartition des actifs à long terme.
  3. Faire son profit à l’achat en payant sous la valeur réelle inconnue (valeur intrinsèque).
  4. Appliquer notre liste de critères automatiquement et simplement. Investir comme Roger Federer joue aux tennis. C’est la recette pour un « flow » de dividendes !
  5. Lire et réfléchir sur nos placements. Former notre propre opinion avec des arguments solides.

Gilles du Bacon

Partagez et planifiez votre IF !

Le secret du « flow » pour mieux vivre !

Bonus : truc #4 de Warren Buffett pour vos investissements

Une découverte extraordinaire pour améliorer notre qualité de vie

Et cela n’a rien à voir avec l’argent. Vous voyez, je ne pense pas seulement à ça !

Voici quelques exemples de ce moment suprême qu’est le « flow » :
1. Vous jouez à votre jeu ou pratiquez votre sport préféré. Et vous oubliez le temps.
2. Au travail, vous êtes absorbé et le temps passe vite. C’est lorsque vous aimez votre job… Chanceux !
3. Vous cuisinez un bon repas et vous le mangez avec plaisir, c’est bon !
4. Vous lisez un bon roman et oubliez vos soucis…
5. Vous voyagez, vous écoutez de la bonne musique, vous embrassez votre partenaire… (Avez-vous d’autres exemples ?)

Selon Mihaly Csikszentmihalyi ─ un des grands spécialistes de cet outil pour mieux vivre, ancien professeur à l’université de Chicago et figure de proue du courant de la psychologie positive ─ les trois facteurs importants du « flow » ou « expérience optimale » sont :
1. Avoir un projet de vie.
2. S’engager.
3. Rechercher l’harmonie.

Nous pouvons regrouper ces facteurs en huit caractéristiques ou conditions nécessaires :
1. Des buts clairs : but du jeu, coup au tennis ou tâche précise.
2. Un résultat immédiat : réussir un but au hockey, faire un coup gagnant au tennis, faire échec et mat aux échecs.
3. La concentration : l’attention est complètement absorbée par l’activité et elle est concentrée sur les stimuli importants. Il faut de la discipline et de la pratique pour y arriver.
4. L’espoir de réussir : il faut que le but soit réalisable fréquemment, pas rarement.
5. Un engagement : il faut décider de faire des efforts et des choix parfois difficiles.
6. S’oublier : être zen, confiant, sans jugement (s’accepter sans se critiquer). Enfin, je crois que c’est cela !
7. Le contrôle : relaxer dans l’accomplissement des étapes vers l’objectif, être capable d’exécuter les coups, mouvements et tâches efficacement.
8. Oublier le temps : « Mettez une minute votre main sur un poêle chaud et cela paraît des heures. Asseyez-vous une heure auprès d’une jolie fille et cela paraît une minute. » Albert Einstein

Un défi maîtrisable. C’est cela le secret !

« Maîtriser son expérience intérieure, c’est devenir capable de choisir la qualité de ce que l’on veut vivre. Si ce n’est pas le bonheur, cela y ressemble. » Mihaly Csikszentmihalyi

« C’est quoi le rapport avec les finances personnelles ? » Ma réponse : Les achats et l’argent ne sont pas nécessaires pour atteindre le « flow » ! Vous pouvez donc réduire votre cible monétaire pour la retraite… Il est préférable de se former pour être dans le flow, sans rechercher la gratification de la surconsommation et du superficiel, qui nous entraîne dans le surmenage, le stress et l’abandon de notre projet de vie.

Entretenir des défis, c’est la clé pour être bien. Appliquez cette méthode à toutes les expériences de votre vie. Go ! Désirer sans agir ne compte pas.

Source : Mihaly Csikszentmihalyi, Vivre : la psychologie du bonheur, Éditions Robert Laffont, 2004.

Truc #4 de Warren Buffett

Simplifier ! Chercher l’harmonie pour mieux comprendre nos décisions d’investissement. Investir seulement si l’entreprise est simple à comprendre : peu endettée (truc #1), bénéfices en croissance, produits concrets et faciles à vendre, actifs durables, bonne gestion, etc.

Avoir une bonne répartition des actifs à long terme (truc #2) et faire son profit à l’achat en payant sous la valeur réelle inconnue (truc #3) sont également des conditions à respecter dans notre stratégie de simplification et de gain à long terme. Il faut appliquer notre liste de critères automatiquement et simplement. Investir comme Roger Federer joue aux tennis. C’est la recette pour un « flow » de dividendes !
Gilles
Partagez et pratiquez le « flow » !

Pour en finir avec le tabou de l’argent !

Bonus : truc # 3 de Warren Buffett

« Maudit argent » et « c’est vulgaire ça, l’argent »…

Avertissement : la santé, l’amour, la famille, l’amitié, la sécurité… sont plus importants que l’argent. L’argent est quand même très pratique pour régler nos problèmes et satisfaire nos besoins.

L’argent, pourquoi est-ce difficile d’en parler ? Nos actions sont dirigées par nos connaissances et préjugés, consciemment ou non. Il y a aussi la peur d’être jugé, la honte, la gène et l’envie ou, pour ceux qui en ont, la peur d’être envié ou volé… L’argent sert aussi d’excuse pour justifier nos choix actuels… surtout pour les mauvais. En parler impliquerait, pour la majorité du monde, d’avoir à modifier notre consommation et notre vie : changer d’habitudes, de partenaire, de maison, de quartier, de voiture, d’emploi… Nooooooooooooooonnnnnnnnnnnnnnn !

Il faut en parler car l’argent c’est le reflet de la vie ! Pas de tabou, c’est plus de liberté pour vivre. Discutez de ça avec votre partenaire, vos enfants, vos parents, votre frère, votre soeur, votre patron, votre professeur, votre curé, votre banquier, votre propriétaire, votre conseiller , votre psy, vos amis, etc. Surtout, lors de vos achats, parlez d’argent et négociez fort ! Questionnez et comparez les réponses de différentes personnes…

Il faut en connaître un peu sur l’argent, l’économie et la finance. Il y a plus que cela, mais c’est un bon départ de chercher à comprendre ces sujets, même s’ils sont parfois difficiles. Pour apprendre, il faut écouter, questionner, lire et pratiquer. Posez des questions à ceux dans votre entourage qui en savent plus que vous sur le « sujet », pas le sexe, l’argent !

Alors, quitte à changer vos fréquentations et vos habitudes, essayer de vous instruire un peu à chaque semaine. L’école n’est pas suffisante pour ce type d’apprentissage. Lisez les sections sur les finances personnelles et sur la bourse ! Ma source préférée d’information est lesaffaires.com.

Lisez des livres sur l’argent et l’épargne ! Il y en a plein dans les bibliothèques et les librairies. Vous pouvez également lire des romans ! J’aime bien « L’argent » d’Émile Zola. Sur la cupidité et l’absurdité…

Truc # 3 de Warren Buffett

« Ne pas payer cher ». Bien évaluer l’investissement et acheter seulement lorsque le prix est inférieur à notre évaluation, avec une bonne marge (20% est bien). Le prix d’achat est connu, alors que le prix futur et les autres facteurs de rendement sont inconnus et difficiles, voir impossibles, à estimer. Le contexte actuel est très propice à l’application de ce truc, surtout dans le secteur de l’énergie. Toutefois, les occasions sont peut être passées. Soyez prudents dans vos placements !

Avez-vous un truc à la WB ? Partagez si vous aimez !
Gilles du Bacon

Le fameux budget… comment faire ?

Nous devons malheureusement passer par cette étape pénible… Mon approche sera de privilégier la simplicité afin de poursuivre notre aventure vers une meilleure vie, dès maintenant!

Premièrement, je vous propose de consulter des outils disponibles en ligne et de vous familiariser avec les différentes rubriques. Voici ceux offerts par Desjardins, puisque plusieurs de mes lecteurs ont déjà un compte avec cette institution (ouvrir dans une nouvelle fenêtre idéalement ) :

Outils Desjardins

(http://www.desjardins.com/coopmoi/plans-action-conseils/gestion-financiere/dressez-budget-mensuel/)

C’est bien, n’est-ce pas ? Personnellement, je préfère la fréquence mensuelle pour pouvoir faire le point à chaque mois. Il faut donc mensualiser les revenus, épargnes et dépenses pour la grille du budget.

Premier constat : une vie simple permet de simplifier le budget !

Nous allons prendre en exemple un « baconien » expérimenté pour que ce soit simple, inspirant et instructif. C’est un modèle à suivre ! Au jeu d’échecs, les joueurs analysent les parties des champions, idéalement des maîtres, pour s’améliorer. Nous utilisons la même technique pour faire de vous un baconien heureux. Voici deux champions à l’oeuvre :

Carlson_Kosteniuk

*****

Budget de Jean Du Bacon

Voici donc un exemple de budget simplifié. Jean est un nouveau célibataire avec deux enfants aux études. Les différents postes budgétaires y sont regroupés selon les catégories principales. Je suggère de vous inspirer de ce modèle simple pour débuter. Ceci est une bonne base, vous pourrez améliorer votre budget graduellement avec votre apprentissage.

Revenus :

  • Revenu net (après impôts et cotisations) mensuel : 4 200$
  • Autre revenu mensuel net : 400$
    • Revenu total : 4 600$

 Épargne et dépenses :

  • 10% (salaire baconien) : 460$
  • Pension (une autre séparation… dépense temporaire toutefois !) : 2 000$
  • Appartement incluant l’électricité, l’assurance, les meubles et la décoration : 800$
  • Épicerie et autres frais alimentaires incluant les repas à l’extérieur (c’est pas bon pour épargner ça…) : 400$
  • Transport (en commun et quelques taxis) : 100$
  • Divertissements (télé, sports, lecture, bars, voyages, avion téléguidé, etc.) : 300$
  • Communications (téléphone(s) et internet) : 100$
  • Soins personnels : 240$
  • Rembourser dettes et frais bancaires et/ou financiers : 100$
  • Dons et cadeaux  : 100$
    • Total pour l’épargne et les dépenses : 4 600$

Deuxième constat : il faut que ça balance ! Sinon, il y a appauvrissement sauf si vous investissez dans l’éducation, de bons placements, une entreprise ou dans votre santé. Toutefois, il faut que ces investissements soient temporaires.

Ce n’est pas si pire, n’est-ce pas ? Vous remarquerez que je n’ai pas mentionné les cigarettes… Cela coûte très cher : en santé et en $… Si vous avez cette addiction, il faut inclure le montant mensuel dans la catégorie Divertissements. Il faut faire cela aussi pour les autres vices coûteux comme l’alcool, les billets de loterie (nous y reviendrons peut-être !), les dépenses pour les animaux domestiques, les voyages, etc. De plus, il n’y a pas d’automobile… Je vais y revenir dans un prochain article.

Troisième constat : vous commencez à réaliser où va votre argent. Il faut déjà réfléchir aux dépenses que vous pouvez éliminer pour atteindre vos objectifs et avoir une plus belle vie…

À vous de faire votre budget simplifié maintenant !

Gilles du Bacon